La "dyscalculie"

La dyscalculie est un trouble sévère et durable qui touche l'acquisition des structures logico-mathématiques: l'assimilation des concepts fondamentaux et de la numération, la réalisation des opérations mathématiques et les situations-problèmes.

Le dysfonctionnement de l'apprentissage du calcul touche donc trois niveaux distincts:

  • la construction du nombre
  • le sens des opérations
  • la résolution des problèmes.

On distingue la dyscalculie développementale de l'acalculie acquise.

  • la dyscalculie développementale est un trouble de la perception des nombres en rapport avec une désorganisation des neurones de la région pariétale du cortex
  • l'acalculie acquise est l'impossibilité d'appréhender la notion nombre, suite à une lésion cérébrale.

Les origines de la dyscalculie:

La dyscalculie est liée:
  • au développement mental
  • à la mise en place du langage
  • à l'apprentissage de la lecture
  • à la structuration espace-temps
  • à la latéralisation
  • au raisonnement
  • à l'affectivité

Les manifestations de la dyscalculie:

La dyscalculie se manifeste par:
  • des troubles de l'organisation dans l'espace: difficulté à gérer les notions de droite-gauche, haut-bas, sur-sous.
  • des difficultés à comprendre la symbolique des chiffres: difficulté de comptage de 1 à 10, incapacité à mettre les chiffres dans l'ordre, non-automatisation de la comptine numérique.
  • des difficultés à évaluer des petites quantités à l'oeil nu.
  • des difficultés à manipuler les opérations, même simples (ex: 5-3=2) et les retenues; à gérer les notions d'alignement des opérations, ...

Les signes d'alerte:

  • l'enfant a des difficultés persistantes en mathématiques
  • il ne peut se libérer du materiel concret
  • il compte sur ses doigts jusqu'en 2ème ou 3ème année de primaire
  • il apprend par coeur le résultat d'opérations arythmétiques, mais ne les comprend pas
  • il a du mal à lire et à écrire des chiffres, à calculer mentalement, à assimiler le langage mathématique (symboles, lexique)
  • la répétion et les exercices systématiques n'apportent que peu d'amélioration
  • il peine à se représenter et à manipuler les formes géométriques, à lire l'heure, à évaluer les distances ou les laps de temps , à reconnaître des suites numériques régulières
  • les devoirs à la maison sont laborieux, pénibles
  • les échecs en math provoquent un rejet de l'école.

Les aides pédagogiques:

  • utiliser des logiciels de mathématiques spéciaux (Géotraces, Géomesures, Cabri)
  • utiliser la calculette pour ceux qui ont du mal à retenir les tables ou à calculer
  • laisser un temps supplémentaire pour les exercices du fait de la lenteur de l'enfant
  • lire les énoncés à haute voix pour ceux qui ont des difficultés de lecture
  • utiliser des gabarits pour poser les opérations afin de supprimer le problème de l'alignement
  • privilégier les situation-problèmes en liaison avec la vie quotidienne.
  • utiliser des techniques multi-sensorielles pour favoriser la mémorisation (ex: chanter les tables de multiplication).